Art à Florence. Ce sont les Galeries des Offices qui bénéficient d’une des oeuvres les plus importantes du parcours artistique de Silvestro Lega (Modigliana, 1826 – Florence, 1895), un des principaux exposants du mouvement des Macchiaioli avec Giovanni Fattori et Telemaco Signorini.

Les Macchiaioli (ou l’art de la tâche) ont été un groupe d’artistes actif surtout en Toscane dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Ce groupe s’est formé à Florence à partir de 1855 et le mouvement affirme la théorie de la “tâche” en soutenant que la vision des formes est créée par la lumière comme des tâches de couleur, distinctes, accolées ou superposées à d’autres tâches de couleurs.

À l’intérieur de ce mouvement, Silvestro Lega occupa une place importante. Ses débuts sont à relier au Purisme avec un dessin et des couleurs limpides et pures. Il fréquenta ensuite l’Académie des Beaux Arts de Florence. C’est ainsi qu’il fut influencé par la technique de la macchia des artistes qui se réunissaient au Caffè Michelangelo.

Le contenu de ses tableaux tend à exalter la simplicité délicate et les affects purs qui caractérisent la petite bourgeoisie de ces années. Dans ces tableaux il y a toujours peu d’émotions.

Le style de Silvestro Lega évolue lentement. D’abord puriste, il adhère aux Macchiaioli et éxecuta une importante série de portraits. La présence féminile est une constante. Il navigue entre les jeunes femmes de Livourne et celles de la moyenne bourgeoisie italienne entre maison et jardin.

Art à Florence
art à Florence

Portrait de la femme au jardin

Le Portrait de la femme au jardin est aujourd’hui conservé à la Galerie d’Art Moderne à Palazzo Pitti de Florence. Elle possède la collection d’oeuvres des Macchiaioli la plus importante et la plus riche. Il a été peint dans la période où l’artiste avait trouvé une certaine sérénité auprès de la famille Tommasi à Bellariva à Florence. Il a été donné par Josie, fille de Mario Taragoni, grand collectionneur génois.

Dans nombreux de ses portraits, Lega nous apporte une énorme documentation sur les habitudes et les coûtumes des protagonistes de la bourgeoisie moyenne italienne.

Au sein de ce portrait se reflètent les attitudes et la sensibilité de la société bourgeoise. Portrait particulier car en la peignant de façon rapide, il exprime la force et la souveraineté de la femme. Il s’arrête aussi sur des détails qui symbolisent l’appartenance à la classe bourgeoise. Par exemple la robe bleu ciel, la dentelle resserrée au cou. L’expression de la jeune femme est également caractéristique avec un regard et les traits sévères, représentation de la classe sociale à laquelle elle appartient.

Ce portrait est exposé dans la salle 18 de la Galerie d’Art Moderne, sur une des plus belles parois où dès le début on peut admirer le Portrait de la Belle-fille de Giovanni Fattori de 1889. Au centre, un autre chef d’oeuvre du peintre de Livourne, Le Staffato, de 1880.

À ne pas manquer à la Galerie d’Art Moderne de Palazzo Pitti, ce chef d’oeuvre de Silvestro Lega qui est venu compléter la collection des Macchiaioli la plus importante.

Art à Florence

 

 

 

 

Partage cet article avec tes amis!

En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Questo sito utilizza i cookie per fornire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o cliccando su "Accetta" permetti il loro utilizzo.

Chiudi